Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Thierry-Paul Ifoundza : "Le départ de Denis Sassou-Nguesso reste l'enjeu fondamental et le leitmotiv de l'ACB-J3M"

Publié le Mardi 6 Novembre 2018
Thierry-Paul Ifoundza : "Le départ de Denis Sassou-Nguesso reste l'enjeu fondamental et le leitmotiv de l'ACB-J3M"

Les pro-Mokoko de l’association ACB-J3M (Actions pour le Congo-Brazzaville avec Jean-Marie Michel Mokoko) ont tenu leur Conseil d’administration le dimanche 04 novembre dernier, à Paris. Seul en lice, le docteur Thierry-Paul IFOUNDZA, ancien secrétaire général de L’ACB-J3M, a été élu président à l’unanimité. Il succède à Francis Mouketo, après seulement un an de mandat. Interview.

Vous succédez à Francis Mouketo à la tête de l’ACB-J3M. Quelles seront vos priorités ?

Thierry-Paul IFOUNDZA : je mesure la gravité de la tâche. Alors humblement mais gravement, je dois d’abord tout mettre en œuvre pour rassembler, sur la base des valeurs républicaines, tous les partisans du Général Jean-Marie Michel Mokoko, mais aussi au-délà, afin de préparer les meilleures conditions d’une alternance démocratique au Congo-Brazzaville. Toutefois, l’ACB-J3M n’a pas vocation à se substituer à l’opposition congolaise dans ce combat contre la dictature, elle n’est que le maillon d’une longue chaîne. Et, croyez-moi, elle apportera sa pierre à l’édifice. Ensuite, nous devons faire évoluer l’ACB vers un mouvement socio-politique pour relever les défis, immenses. Les enjeux sont tellement énormes que nous devons nous jeter à l’eau sans la moindre peur d’une hypothermie politique. En effet, son statut d’association à but humanitaire est actuellement obsolète. L’ACB doit donc évoluer vers un mouvement socio-politique, c’est une nécessité. Enfin, nous mènerons des actions pour faire libérer le général Jean-Marie Michel Mokoko, injustement condamné à 20 ans de prison ferme pour avoir refusé de reconnaître le vol électoral de Denis Sassou Nguesso. Ces actions seront menées en synergie avec d’autres forces vives congolaises qui luttent pour le départ de Denis Sassou-Nguesso du pouvoir avant 2021. 

Lire aussi : http://www.entrecongolais.com/liberation-des-prisonniers-politiques-au-c...

Que dîtes-vous des prisonniers récemment libérés, anciens collaborateurs du Général Jean-Marie Michel Mokoko ?

TPI : ils ont été libérés par Sassou lui-même parce qu'au Congo tout découle de lui. Il est le juge, il est le policier, il est le payeur, etc. Si nous nous réjouissons de cette libération, il n'en reste pas moins que les gros bras, Jean-Marie Michel Mokoko et André Okombi Salissa, restent arbitrairement détenus et injustement condamnés, je le répète. Nous devons donc, sans répit, lutter contre Sassou.

Pour vous, le départ de Denis Sassou Nguesso du pouvoir est l’enjeu fondamental sinon le seul combat qui vaille la peine d’être mené sans relâche ?

TPI : absolument ! Albert ENSTEIN disait : « L’on ne peut espérer résoudre les problèmes avec les gens qui les ont créés ». Sassou-Nguesso est le mal du Congo, je veux dire la source du mal. Il n’a jamais tenu un seul engagement ; il ne règne que par l’intimidation et la terreur.  Par conséquent, il ne peut faire partie de la solution. Il doit partir du pouvoir, lui et sa famille. Voyez comment il a conduit le Congo vers la ruine ! Aujourd’hui, le Congolais manque de tout. Du fait de sa mauvaise gouvernance, les autres pays de la zone CEMAC en font les frais : la monnaie commune à l’Afrique francophone, le franc CFA, est même menacée de dévaluation Son départ est donc une condition sine qua none de la paix, la confiance monétaire et le développement économique, etc.

Ce qui veut dire que vous, ACB-J3M, n’irez pas au dialogue que prône à nouveau une partie de l’opposition congolaise ?

TPI : Non ! Non ! Non ! L’ACB-J3M, comme composante active de la société civile, n’entend pas dialoguer avec Sassou-Nguesso. Pour quoi faire ? Pour quelle issue ? Notre association, même si elle a vocation à se muer en une force politique, doit contribuer à l’instauration de la démocratie au Congo-Brazzaville, à l’alternance politique, à ce que le Congo devienne un État de droit, etc.

Vaste programme ! N’est-ce pas ? Qu’est-ce qui pourrait différencier votre mandat de celui de votre prédécesseur ?

TPI : j’ai travaillé durant un an aux côtés de mon prédécesseur Francis Mouketo. Tout s’est bien passé et je tiens à le remercier. D’ailleurs, je compte mettre en place au sein de l’ACB, un comité d’anciens présidents. Francis Mouketo aura donc un rôle à jouer en tant qu’ancien président de l’association.

Pour revenir à mon mandat à la tête de l’ACB, il sera axé sur le rassemblement et les actions. L’ACB doit mener des actions efficaces pour remplir ses missions, à condition que les militants et sympathisants ne s’égarent pas dans les querelles intestines. L’unité au sein des partisans du général Mokoko et des forces démocratiques conditionnent notre réussite, je veux dire que les Congolais doivent être unis pour vaincre la dictature qui les asphyxie. En agissant ainsi, la diaspora pro-Mokoko arrivera à redonner confiance aux Congolais. Le peuple congolais doit retrouver sa dignité mise à mal par le règne de Sassou-Nguesso.

Propos recueillis par Entrecongolais.com

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir
Commentaires

Bravo, la lutte continue et la victoire du peuple est certaine et le Président J3 mokoko libéré..

Votre commentaire