Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Congo-B : de sa tombe, le Grand-Maître Luambo Makiadi interpelle le grand-maître Sassou Nguesso

Publié le Vendredi 30 Avril 2021
Congo-B : de sa tombe, le Grand-Maître Luambo Makiadi interpelle le grand-maître Sassou Nguesso

Persuadé qu’il dispose du Congo et de ses richesses, de la vie des Congolais, Denis Sassou Nguesso n'entend pas d'autres voix que la sienne. Pourtant, une chanson, une seule, du Grand Maître (en majuscules) Luambo Makiadi, interpelle directement le grand-maître (en minuscules) Sassou Nguesso. Eclairage.

Publié le 26 août 2016, mis à jour le 30 avril 2021

32 ans déjà depuis qu’il a rejoint l’Orient éternel ! Mais son œuvre, elle, demeure intemporelle, intacte et costaude comme les Pyramides d’Égypte. Jamais une chanson du Grand Architecte de l’Univers de la Rumba moderne ne végétera sur le parvis de l’oubli, non. Parmi les morceaux d'architecture du Grand Maître Franco, Mario occupe sans doute une place à part. Oui, sept minutes de pur bonheur et de déhanchements langoureux ! Sortie en 1985, la chanson constitue une invite au travail, et que le devoir de tout homme, le mâle, est de ne pas aspirer au repos. Non, un homme ne peut longtemps rester oisif et ne compter que sur la richesse de sa dulcinée. D’ailleurs quand on qualifie un Congolais de Mario, il devient rouge de colère ! Et pour cause : Mario est un séducteur patenté (il pourrait être un gigolo) qui se fait entretenir par une « bourgeoise argentée qui, lassée, finit par le chasser. Honte au monsieur sans morale. Dames riches mais esseulées, en mal d’ébats amoureux, jeunes hommes en quête d’argent facile… Tels sont quelques-uns des traits d’une société dont Franco connaît toutes les facettes et qu’il a su si bien chanter », écrivait Jeune Afrique dans un commentaire sur la chanson Mario.

Par extension, cet homme ressemble bien à Denis Sassou Nguesso. Oisif, séducteur, il est tombé sur une belle femme riche, le Congo, et qu’il ne veut pas quitter au risque de se retrouver sans argent ou dans un lit misérable. Du coup il bat le Congo, par jalousie. Mais le Congo finira bien par le chasser, comme le fait la bourgeoise de Mario. Du Mario du Congo-Brazzaville, le Congo n’en veut plus. De sa bande, non plus. Lelo makambo lobi makambo nalembi é/ "Lelo bitumba lobi kosuana nabaye eh/ Naboyi kobebisa nzoto na mandzaka nalembi eh eh/ Mario nalembi eh eh/ Mario nabayé eh eh eh...

Le Congo présente déjà des métastases, provoquées par les coups violents de Mario, oh pardon, de Denis Sassou Nguesso. Le seul mot qui caractérise Sassou, c'est "CRIME". Quand il ne s'agit pas d'un crime sanguinaire, humain, dont il est le cerveau, c'est à un crime financier auquel il est mêlé, au grand dam des Congolais.  Le dernier en date nous vient d’Australie, où deux sociétés minières sont dans le viseur de la justice pour corruption. "Souffrance, misère et parfois la honte", maugrée la narratrice de la chanson La vie des hommes du Véritable Grand-Maître Luambo Makiadi. Et de se demander : "Mobali oyo ngai na bala, elima oh to satana? "(Celui que j'ai choisi pour mari est-il un monstre ou Satan?) 

Petit homme

Quoi qu’il en soit, tout chez cet homme se décline en minuscules. Pas en majuscules. Il est grand maître d’une obédience peuplée de francs-maçons qui n'ont rien compris à la franc-maçonnerie, complices des coups de poignard de Sassou aux Congolais.

Retour en arrière : dans une célèbre rédaction parisienne, un journaliste d’investigation sort de ses archives une photo de Sassou posant au côté de feu Bongo. Il demande, alors, à une consœur, lequel des deux hommes est le plus petit. D’un sourire narquois, la jeune femme répond que ce n’est certainement pas le défunt : si Omar Bongo mettait l’argent sur la table pour obtenir une avancée, Sassou Nguesso, lui, dépense des sommes considérables pour assouvir ses ambitions pharaoniques. Tout ce qu'il adore, ce sont les claquements de portière, les huissiers et autres protocoles. Jamais il n'a élevé des œuvres durables. Il est l'homme de l'éphémère. Pas d'eau ! Pas d'électricité ! Les gens meurent comme si les hôpitaux n'existaient pas au Congo. Et il ose annoncer une victoire à l'élection présidentielle avec 60,19% en 2016 et 88,40% des suffrages exprimés en 2021 ! Pouah !

Toutes les richesses du Congo n'ont pour finalité que la conservation de son pouvoir. Mais ce rouleau compresseur s’avance inexorablement et inéluctablement vers sa propre chute. Ceux qui le soutiennent, à Paris ou ailleurs, sont aussi versatiles qu'un caméléon. Sassou règne parce qu'en face, l'opposition, apathique et encalminée dans une torpeur empesée, est émiettée et qu'elle est incapable d'appeler à une insurrection populaire. Une opposition incapable d’apporter une vraie contradiction au « putschiste ». « Il est évident que seule un soulèvement populaire, comme au Burkina Faso, fera partir Sassou et sa bande », croit fermement un journaliste spécialiste de l'Afrique. 

Bedel Baouna

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir
Commentaires
Votre commentaire