Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

RDC : l'église catholique dénonce un "forcing politique" dans la désignation du chef de la commission électorale

Publié le Mercredi 28 Juillet 2021
RDC : l'église catholique dénonce un "forcing politique" dans la désignation du chef de la commission électorale

Le chef de la CENI est désigné sur recommandation des confessions religieuses.

Certains chefs religieux congolais ont annoncé mardi soir qu'ils étaient parvenus à un consensus sur la personne qui devrait diriger la commission électorale chargée de superviser l'élection présidentielle de 2023.

Une déclaration qui ne manquera pas de déclencher une nouvelle controverse, étant donné que ni les représentants de l'Église catholique ni ceux de la puissante Église évangélique du Congo n'étaient présents lorsque la décision a été prise.

D'ordinaire, le chef de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) est désigné sur recommandation des confessions religieuses. Or, le calendrier tracé par l’Assemblée nationale exigeait que la désignation de l'oiseau rare devait se faire mardi au plus tard et son nom devait être communiqué le lendemain à la chambre basse du parlement.

Coup de théâtre

C’est tard dans la soirée de mardi qu’un groupe de chefs religieux a fait scission avec les catholiques et les protestants pour aller désigner un candidat en l’absence d’un consensus. Pourtant ils avaient passé toute la journée dans des tractations, au centre diocésain catholique, sans parvenir à un accord.

"Nous n’avons pas trouvé d’accord. Nous reviendrons demain pour continuer", avait pourtant déclaré aux journalistes le porte-parole de l’ensemble de confessions religieuses, l’abbé Donatien Nshole.

Puis, coup de théâtre: aussitôt la réunion dispersée, les représentants de six confessions religieuses ont convoqué la presse à un autre endroit où ils ont annoncé avoir désigné un nouveau dirigeant de la CENI. Il s'agissait de l’Eglise du réveil, les Kimbanguistes, l’église orthodoxe, l’Armée du Salut, les Indépendants et les musulmans.

"Nous sommes ensemble. Ce n’est pas un coup de force. Nous avons respecté la charte qui nous régente", s’est justifié le prophète Dodo Kamba, dirigeant d’une des branches de l’Eglise du réveil, scindée en deux il y a un an après une tentative précédente de désignation du président de la CENI. A l'époque, le processus avait dégénéré et des manifestations avaient eu lieu à travers la RDC, avec mort d’homme.

Couac procédural

La séance initiale de mardi était présidée par l'église catholique. Son représentant avait décidé de renvoyer les travaux au lendemain vu l'absence d'un consensus. Il se dit pas concerné par la décision annoncée en son absence.

"Selon les règle de jeu de notre charte, il faut que le procès verbal de la désignation du Président de la CENI soit établi et signé par soit le président de la plate-forme des confessions religieuses seul, soit le président avec les chefs des confessions … Je ne sais pas si ce document qui sera signé aura quelle valeur? A moins qu’il s’agisse d’un forcing politique avec toute les conséquences possibles", a rétorqué Mgr Marcel Utembi, président de la Conférence des évêques catholiques, dans une interview accordée à la journaliste Rachel Kitsita de Actu30 à Kinshasa.

Le prophète Dodo Kamba n’a pas révélé le nom que les six confessions religieuses vont déposer ce mercredi à l’Assemblée nationale.

Mais les médias congolais ont largement fait circuler le nom d’un certain Denis Kadima, expert en matière électorale, que catholiques et protestants jugent trop proche du président Félix Tshisekedi, candidat à un second mandat.

Eddy Isango pour VOA

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir