Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Procureur de l'ONU : les restes d'un suspect de crimes de guerre rwandais retrouvé à Pointe-Noire (Congo)

Publié le Vendredi 22 Mai 2020
Procureur de l'ONU : les restes d'un suspect de crimes de guerre rwandais retrouvé à Pointe-Noire (Congo)

Les restes d'un suspect majeur fugitif dans le génocide du Rwanda de 1994 ont été identifiés dans une tombe en République du Congo, a déclaré vendredi un procureur des Nations Unies pour crimes de guerre.

Serge Brammertz a déclaré qu'Augustin Bizimana, qui a été inculpé de 13 chefs d'accusation pour génocide, meurtre et viol, serait décédé à Pointe Noire, en République du Congo en 2000. Ses restes ont été identifiés par des tests ADN. "Bizimana serait responsable des meurtres de l'ancien Premier ministre Agathe Uwilingiyimana et de 10 Casques bleus belges des Nations Unies, ainsi que du meurtre de civils tutsis" dans cinq régions du Rwanda, a déclaré Brammertz dans un communiqué.

L'annonce de la mort de Bizimana fait suite à l'arrestation à Paris la semaine dernière de Félicien Kabuga, un autre d'une poignée de suspects éminents du génocide rwandais en fuite depuis plus de deux décennies. "La leçon clé de la mort d'Augustin Bizimana est que le monde devrait rendre justice en temps opportun", a déclaré Naphtal Ahishakiye, secrétaire exécutif de l'organisation des survivants du génocide Ibuka. «Les suspects devraient être traduits en justice avant leur mort, également pour éviter que les survivants ne meurent avant d'entendre les cas de ceux qui ont tué leurs proches.»

Le Tribunal pénal international pour le Rwanda a mené 50 procès avant de fermer ses portes en 2015. Brammertz est le procureur d'un successeur d'un tribunal des Nations Unies avec deux bureaux à Arusha, en Tanzanie et à La Haye, aux Pays-Bas, qui continue de fonctionner pour les suspects et les appels restants. Le communiqué indique que les procureurs ont effectué une analyse ADN «à la fin de l'année dernière» sur des restes qui avaient été précédemment récupérés sur un site funéraire à Pointe Noire. "Des enquêtes ultérieures et une analyse comparative de l'ADN ... au cours des derniers mois ont exclu que les restes soient ceux de toute autre personne", indique le rapport.

Brammertz a déclaré que son bureau poursuivait Protais Mpiranya, l'ancien commandant de la garde présidentielle des Forces armées rwandaises, et cinq autres suspects rwandais.

Avec Reuters

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir