Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Obsèques de la mère de Jean-Marie Michel Mokoko : l’ACB-J3M fustige la volte-face du pouvoir de Brazzaville

Publié le Lundi 28 Octobre 2019
Obsèques de la mère de Jean-Marie Michel Mokoko : l’ACB-J3M fustige la volte-face du pouvoir de Brazzaville

Dans un communiqué du 26 octobre dernier, l’ACB-J3M (Actions pour le Congo-Brazzaville avec Jean Marie Michel MOKOKO-France) a exprimé sa profonde indignation, à la suite du refus des instances judiciaires du régime du Congo-Brazzaville, d'accorder une autorisation de sortie provisoire au Général Jean-Marie Michel Mokoko afin d’accompagner sa mère, Louise Ongagna, à sa dernière demeure. Décédée le 18 octobre dernier à Pointe-Noire, la dépouille de cette dernière a été rapatriée à Brazzaville sans que son fils unique ne l’accueille. Une volte-face incompréhensible pour l’ACB-J3M, qui constate que par cet « acte ignoble et inhumain, les autorités de fait du Congo-Brazzaville viennent une fois de plus, de prouver de façon éhontée à la communauté nationale et internationale, sa  capacité de  non-mise en œuvre des lois et textes  votés par un parlement godillot et une justice aux ordres de Denis Sassou-Nguesso ».

Dans un premier temps, le tribunal de grande instance de Brazzaville lui avait accordé deux autorisations de sortie. D’abord, le « samedi 26 octobre, entre 9h et 15h, pour assister aux funérailles de sa mère ». Ensuite, le « lundi 28 octobre, aux mêmes horaires, pour prendre part au conseil de famille ». Mais le Général n’a pas consenti à cette restriction, aussi a-t-il préféré resté dans sa cellule.

Incarcéré en juin 2016, le Général Jean-Marie Michel Mokoko a été jugé et condamné à 20 ans de réclusion en 2017 pour « atteinte à la sécurité intérieure de l’État ». En mars de la même année, il avait été candidat à l'éléction présidentielle, dont il ne reconnaît toujours pas les résultats proclamés par le pouvoir de Brazzaville. 

Entrecongolais.com

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir