Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Livre : Victor Bissengué & Prosper Indo explorent Barthélemy Boganda

Publié le Vendredi 30 Novembre 2018
Livre : Victor Bissengué & Prosper Indo explorent Barthélemy Boganda

Victor Bissengué et Prosper Indo viennent de publier aux éditions de l’Harmattan un livre sur l’héritage et la vision de Barthélemy Boganda, l’un des pères de l’indépendance de la République centrafricaine.

Le premier est chercheur en anthropologie, auteur de plusieurs ouvrages sur les populations autochtones pygmées. Le second est économiste, analyste politique et ancien directeur hors classe des services pénitentiaires. Tous les deux sont bien connus des milieux centrafricains de l’étranger, mais aussi panafricains. Ensemble, ils ont voulu explorer le message et/ou la vision de Barthélemy Bonganda. « Nous n’avons pas la prétention de tout dire ou de véhiculer quelques vérités sur Barthélemy Boganda, non. Nous avons seulement voulu comprendre ce qu’il pensait déjà de son pays mais aussi de l’Afrique, et à chacun de faire ou pas un lien avec le présent », dit Victor Bissengué.

A lire leur livre, Barthélemy Boganda était un homme de convictions. Une forte tête qui n’avait pas peur des mots. Extrait : « Depuis Brazzaville, où il exerce les fonctions du Grand Conseil de la Fédération de l’AEF, Barthélemy Boganda lance une virulente campagne contre les fonctionnaires coloniaux, sans doute inspirée par son nouvel allié, le ministre Roger Guérillot. Il demande, en des termes vifs, le départ des services du gouverneur-général, accusant ces derniers de visées colonialistes pour faire échec à la loi-cadre ». Si à l’extérieur il doit faire face à Félix Houphouët-Boigny, fondateur du RDA (Rassemblement démocratique africain), favorable à l’indépendance mais opposant au panafricanisme dont il rêve, à Bangui, chez lui, il doit gérer la rivalité entre Abel Goumba – qui propose un projet de Commission pour le développement rural de l’Oubangui – et Roger Guérillot – qui crée un Comité de Salut économique, lequel passe nécessairement par le projet de chemin de fer Oubangui-Tchad.  

Toute sa vie durant, il aura été incompris. Il militait pour le non-morcellement de l’Afrique centrale, mais avec quelle armée ? Certes il avait le soutien de Jacques Opangault du Congo ! Mais il devait affronter l’opposition de Léon Mba du Gabon. Pis, son soutien majeur, le Congolais Jacques Opangault, perd les élections face à Fulbert Youlou, peu enclin à soutenir son idée. Isolé, Boganda ne désarme pas pour autant. Les fortes personnalités se reconnaissent par leur entêtement.

A Bangui, c’est la mort dans l’âme qu’il proclame la République centrafricaine, au même moment que le Congo et le Gabon. Il ne la gérera jamais : il disparaît un 29 février 1959, à son retour de Barbereti au sud de la République centrafricaine, une région frontalière du Congo-Brazzaville.

Entrecongolais.com

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir
Commentaires

Bonsoir !
Je m’appelle DANI, je veux partager avec vous mon histoire. Il y a de cela 3 mois environ, c'était le calvaire dans mon foyer. Les disputes entre mon mari et moi se répétaient jusqu'au qu'au jour ou il quitta la maison. Suite à cela j'en ai parlé avec une amie qui m'a donné les coordonnés d'un maitre tres puissant à qui je devais m'expliquer. Comme j'aime mon mari j'ai contacté ce maitre qui m'a promis de me le faire revenir à la maison. J'ai donc suivie ces conseils et également fait des travaux. Exactement 3 jour après mon époux est revenu en me suppliant de lui pardonner pour tout ce qu'il a pu me fait et bien sur on s'est réconcilié et aujourd'hui il m'a demander en mariage. Ce fut un véritable miracle dans ma vie. Alors pour tous vos problèmes je vous conseille de faire comme moi.
Je vous assure que vous trouveriez satisfaction ou résolution à vos problèmes. il intervient dans beaucoup d'autre domaine c'est un grand maître
Pour cela voici ses coordonnées :
Tel/whatsapp: +229 99 02 87 52
tel: +229 99 02 87 52
Email:maitrefade@hotmail.com
https://www.voyant-medium-travaux-occultes.com/

Votre commentaire