Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Les créanciers privés repoussent l'allégement global de la dette de l'Afrique

Publié le Vendredi 15 Mai 2020
Les créanciers privés repoussent l'allégement global de la dette de l'Afrique

D'éminents créanciers des marchés émergents ont créé un nouveau groupe pour aider les pays africains lourdement endettés à coordonner leurs réponses à l'impact économique du COVID-19, mais ont également critiqué les récents appels à un allégement global de la dette.

L'Africa Private Creditor Working Group (AfricaPCWG) coordonnera les points de vue de plus de 25 gestionnaires d'actifs et institutions financières représentant un total des actifs sous gestion de plus de 9 billions de dollars, a-t-il déclaré dans un communiqué vendredi. Il offrira aux gouvernements africains, au groupe des principales économies du G20, au Fonds monétaire international (FMI) et à d'autres banques multilatérales de développement un forum à travers lequel toutes les parties prenantes «peuvent s'engager de manière transparente et constructive» sur les problèmes de la crise des coronavirus. 

Les gouvernements africains se battent pour gérer les retombées du coronavirus, qui, selon l'Organisation mondiale de la santé, pourrait infecter entre 29 millions et 44 millions sur le continent la première année s'il n'est pas contenu. Les pays africains font face à une facture combinée de 44 milliards de dollars pour le service de la dette cette année seulement. Le groupe de travail a déclaré qu'il "est prêt à soutenir les efforts déployés par les secteurs multilatéraux et bilatéraux en offrant son expérience institutionnelle collective pour fournir des conseils et un soutien au cas par cas".

Cependant, il a ajouté qu'une solution universelle serait contre-productive. Le G20 a exhorté les créanciers privés à correspondre à leur proposition de permettre aux pays les plus pauvres de suspendre le paiement de leur dette pour le reste de l'année. Il a annoncé le 15 avril un accord avec le groupe du Club de Paris des principaux pays créanciers pour geler les paiements de la dette des 77 pays les plus pauvres du 1er mai à la fin de l'année, comme demandé, afin de libérer de l'argent pour la pandémie. Mais l'association commerciale de l'Institute of International Finance (IIF), qui avait auparavant lancé un appel de ralliement au secteur privé pour qu'il se joigne à l'initiative, a signalé plus tôt ce mois-ci les préoccupations des créanciers au FMI, à la Banque mondiale et au Club de Paris concernant leur implication dans une telle démarche. "Une approche précipitée et globale développée en temps de crise mettra en péril cet accès crucial à long terme aux capitaux", a déclaré le AfricaPCWG.

Farallon Capital Europe, Aberdeen Asset Management, Amia Capital, Greylock Capital Management et Pharo Management faisaient partie des membres d'AfricaPCWG. Il a refusé de nommer les autres membres.

Reuters

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir