Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Décès du Général Defao : la RDC orpheline d’un de ses grands chanteurs

Publié le Mercredi 29 Décembre 2021
Décès du Général Defao : la RDC orpheline d’un de ses grands chanteurs

En séjour depuis quelques jours au Cameroun où il devrait y livrer un concert à l’occasion de la Saint Sylvestre, l’illustre disparu, né Lulendo Matumona, a rendu l’âme à Laquintinie, hôpital de référence de Douala, la nuit du 27 décembre.

Chanteur de charme, doublé de grand danseur, l’auteur d’Amour scolaire aurait succombé suite à un malaise. Personne à risque, étant à la base diabétique, le Général Defao n’aura donc pas survécu aux complications liées à la covid-19 dont il a été victime après son arrivée au Cameroun, en dépit de son acheminement immédiat à Laquintinie. « Defao a souffert quelques temps après qu’il est arrivé au Cameroun avant de mourir. Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour l’aider mais le Seigneur n’a pas permis, c’était déjà le temps de Dieu. Quand il a décidé, personne ne peut s’y opposer. C’était son temps, il est mort, un point, un trait », a témoigné un sujet Camerounais dans une vidéo qui a fait le tour des réseaux sociaux à Kinshasa, confirmant ainsi le décès.

Il faut dire que la nouvelle de la disparition, répandue comme une traînée de poudre dans l’heure qui l’a suivie, la nuit même du 27 décembre, n’était pas tout de suite acceptée par les mélomanes. Kinshasa en émoi n’a pas voulu prêter foi à cette annonce que plusieurs ont pris pour une rumeur, qui ne serait, d’ailleurs, pas la première du genre concernant le Général Defao. Il a fallu attendre le matin du 28 décembre pour avoir la confirmation à partir de la vidéo susmentionnée, reçue du Cameroun. Car, entre-temps, plusieurs internautes sont allés jusqu’à démentir la triste nouvelle brandissant comme preuve une vidéo du défunt datant de septembre dernier, à partir de laquelle il démentait personnellement la rumeur sur sa mort.

Troisième chanteur disparu en moins d’un mois

Kinshasa a finalement été convaincue suite au témoignage vidéo publié sur le net où un groupe de cinq hommes, avec en tête un dénommé Adamo, a confirmé les faits susmentionnés. L’homme au fort accent camerounais s’est présenté comme le garde malade du Général Defao, accompagné notamment d’un Congolais, un certain Tutu Roba. « Nous témoignons, annonçons la mort du Général Defao devant le monde entier parce que c’est la vérité. Le père vient de nous quitter. Cela me fait très mal, je n’ai jamais eu autant mal parce que je n’ai jamais vu quelqu’un mourir. J’en ai toujours entendu parler mais ne l’ai jamais vécu en live », a affirmé Adamo, le Camerounais.

Décontenancés, les mélomanes et artistes musiciens congolais ont été les premiers affectés par le décès qui est le troisième de chanteurs en moins d’un mois. En effet, Yolanda Masikini, la fille de la regrettée Abeti Masikini, puis tout récemment la chanteuse gospel Théthé Djungandeke ont noirci le tableau de cette fin d’année 2021. [Le Général Defao (DR)]

De Defao l’on retient, outre son talent de chanteur, qu’il fut un fin danseur et sapeur. Il a été de retour à Kinshasa après près de deux décennies d’absence pendant lesquelles il a élargi le rang de ses fans à une bonne partie du continent, notamment en Zambie où il s’était établi. C’est finalement plusieurs pays d’Afrique à qui la star congolaise manquera. Natif de Matadi, où il s’est lancé dans la musique depuis 1976, le Général Defao est auteur de quelques bons tubes dont le plus fameux est incontestablement Amour scolaire. Son répertoire compte aussi certains remarquables featurings à l’instar de Mokolo mosusu qu’il avait chanté avec feu Debaba.  

Nioni Masela pour Adiac

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir