Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Covid19-Congo-B : « C’était une absurdité de supprimer la Direction générale de la Santé » (Thierry-Paul Ifoundza)

Publié le Jeudi 26 Mars 2020
Covid19-Congo-B : « C’était une absurdité de supprimer la Direction générale de la Santé » (Thierry-Paul Ifoundza)

Selon l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), la pandémie à Coronavirus « s'accélère ». Et qu'il appartient aux Etats de se mobiliser pour « changer la trajectoire ». Le Congo-Brazzaville qui, à ce jour, compte des cas testés positifs au Coronavirus, a pris 15 mesures drastiques et mis en place une Task-Force (Force d’intervention, ndlr), avec un budget de 1,5 milliard de Francs CFA. Insuffisant et complètement à côté de la plaque, pour le docteur Thierry-Paul Ifoundza, médecin-pneumologue Franco-congolais exerçant en France. Pour lui, cette structure ne servira à rien, sinon à perdre encore du temps. Interview.

Le président et le gouvernement congolais ont créé une Task-Force pour tenter de contenir la propagation du Coronavirus. Pourquoi croyez-vous qu’elle ne servira à rien ?

Thierry-Paul Ifoundza : cette structure est composée exclusivement d’hommes politiques ! Soyons sérieux ! Peut-on gagner une guerre sans les professionnels de l'armée ?

Quel est donc le rôle de la Direction Générale de la Santé ?

TPI : je suis désolé de vous informer que le Congo ne dispose pas d’une Direction Générale de la Santé. Quelle absurdité de l’avoir supprimée de l’organigramme du ministère de la Santé ! Or sans une supervision médicale, ce machin de Task-Force ne sera pas à la hauteur de la catastrophe sanitaire qui s’annonce.

Permettez-nous une digression : connaissez-vous les raisons pour lesquelles la DGS a été supprimée ?

TPI : en fait, le problème remonte à septembre 2009 lorsque le docteur Georges Moyen, pédiatre et professeur de médecine à l’Université Marien Ngouabi, fait son entrée au gouvernement comme ministre de la Santé et de la Population. Très vite, il constate que la Direction Générale de la Santé dispose d’une autonomie budgétaire annuelle de cinq milliards de Francs CFA, soit 7.622. 000 euros. Sur fond de convoitise, ou plutôt de cupidité, un sentiment d’animosité s’installe entre le professeur Alexis Elira Dokekias, alors Directeur général de la Santé, et le ministre. Ce dernier finit par mettre la main sur ce budget, privant ainsi son rival de cette autonomie budgétaire. Il gère donc à sa façon ce budget en plus du budget alloué au Ministère de la Santé, qui se chiffre à des centaines de milliards de Francs CFA. Dans l’histoire du Congo, l’on se rappellera que jamais le ministère de la Santé n’a été aussi doté financièrement qu’au temps du ministre Georges Moyen. Mais son projet de faire du Congo une destination de tourisme médical international n’a été qu’un effet d’annonce. Ses trois années au ministère de la Santé ont été un fiasco : aucun projet viable n’a vu le jour, contrastant avec un budget exceptionnel de plusieurs centaines de milliards de Francs CFA alloués à la Santé, l’année 2012 ayant été décrétée par le gouvernement "d’année de la Santé".

Lire aussi : https://www.entrecongolais.com/covid-19-le-dr-thierry-paul-ifoundza-fust...

A la suite d’un remaniement gouvernemental en septembre 2012, François Ibovi remplace Georges Moyen au ministère de la Santé. Lui aussi ne pensera qu’au budget de la DGS. Il craint qu’Alexis Elira ne réclame à nouveau son autonomie budgétaire. Et que fait le ministre François Ibovi ? Trop cupide, il procède à une restructuration de son ministère en supprimant carrément la DGS. De ce massacre naissent cinq départements désorganisés. Du coup, le Pr Alexis Elira Dokekias devient un simple administrateur des hôpitaux. Et donc, à ce jour, aucun technicien (médecin) ne supervise les activités du ministère de la Santé et des Populations au Congo-Brazzaville.

Si l’on vous comprend bien, il faut un médecin ou des médecins dans la Task-Force ?

TPI : Bien sûr ! Le poste de ministre étant une fonction politique, son locataire peut ou ne pas être un professionnel de Santé. En revanche le directeur de la Santé, ou d'une structure analogue, doit être médecin. Par comparaison, un ministre de la Défense peut ou ne pas être un militaire ! Mais le chef d’Etat-major des armées, lui, est toujours un professionnel de l’armée.

Comment le Congo va-t-il coordonner la lutte contre la pandémie à Covid19 ?

TPI : avec une Task-Force composée exclusivement des politiques et sans supervision médicale, il est acquis que l’amateurisme, comme d’habitude, règnera en maître. Or de l’avis de certains experts, si l’immunité de masse contre le Covid19 ne se développe pas au sein des populations touchées par cette pandémie, il y a un risque de rebond. Cet amateurisme risque de faire du Congo un foyer de rebond, si l'on n'y prend garde.

A vos yeux, faut-il supprimer cette Task-Force ou bien en faire une urgente Direction Générale de la Santé ?

TPI : Au risque de me répéter, même si le travail fourni par la défunte DGS du Congo n’était pas à la hauteur des attentes de l’autorité de tutelle, et que la gestion de son budget ait été opaque, la suppression de ce département-clé est une absurdité. La DGS avait plusieurs missions : préparer la politique de santé publique, contribuer à sa mise en œuvre, préserver et améliorer l'état de santé de la population, protéger la population des menaces sanitaires, contribuer à la qualité et sécurité du système de santé, garantir l'égalité territoriale de l'accès au système de santé, coordonner les activités des partenaires en matière de santé, veiller à la bioéthique, piloter les directions départementales de la santé, etc. Sa suppression a compromis la politique de santé publique du Congo. La création d’une Task-Force, composée exclusivement d’hommes politiques, n’est qu’une coquille vide. Et ce n’est pas madame Lydia MIKOLO, actuelle ministre de la Santé et des Populations, une figurante, qui sera en mesure de gérer les risques sanitaires au Congo. 

Que diriez-vous de la déclaration de l’opposante Claudine Munari, pour qui « les gouvernants font des choses » ! Mais qu’elle se demande s’il y a « une cellule de crise où l’on peut aller s’adresser en cas de problème » ?

TPI : sa question est légitime !...

Propos recueillis par BB

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir