Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Côte d’Ivoire : la police disperse avec des gaz lacrymogènes une manifestation pro-Gbagbo

Publié le Jeudi 6 Août 2020
Côte d’Ivoire : la police disperse avec des gaz lacrymogènes une manifestation pro-Gbagbo

La police a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser jeudi une manifestation dans la capitale commerciale, Abidjan, contre l'exclusion de l'ancien président Laurent Gbagbo et d'autres personnes des listes électorales pour l'élection présidentielle d'octobre.

Des centaines de manifestants s'étaient rassemblés devant le siège de la commission électorale nationale pour exiger que Gbagbo, son allié Charles Blé Goude et l'ancien Premier ministre Guillaume Soro soient inscrits sur les listes, a déclaré un témoin à Reuters. La commission électorale a déclaré que les trois n'étaient pas inclus en raison de condamnations pénales et qu'elle examinerait les appels contre leur exclusion. Mais leurs partisans affirment que le gouvernement du président Alassane Ouattara tente de faire taire les opposants politiques avant les élections.

L'élection du 31 octobre est largement considérée comme le plus grand test de stabilité de la Côte d'Ivoire depuis que Gbagbo a refusé d'accepter la défaite contre Ouattara lors des élections de 2010, déclenchant une brève guerre civile qui a tué 3 000 personnes. Les tensions sont montées ces dernières semaines depuis que le choix de Ouattara de lui succéder, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, est décédé subitement. Le parti au pouvoir a alors demandé à Ouattara de se présenter pour un troisième mandat - une décision qui, selon ses opposants, violerait la constitution. Ouattara n'a pas encore dit s'il se présenterait. Il doit s'adresser à la nation jeudi soir.

A la suite de la guerre civile, Gbagbo a été renvoyé devant la Cour pénale internationale (CPI) pour faire face à des accusations de crimes contre l'humanité. Il a été acquitté l'année dernière mais n'a pas encore reçu de passeport pour rentrer d'Europe. Un tribunal ivoirien l'a reconnu coupable en 2018 d'avoir volé de l'argent à la banque centrale pendant la guerre civile et l'a condamné à 20 ans de prison.

Avec Reuters

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir