Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Congo-B-Un jour, un opposant : Jean-Marie Michel Mokoko, prison et entourage à la limite

Publié le Dimanche 16 Juin 2019
Congo-B-Un jour, un opposant : Jean-Marie Michel Mokoko, prison et entourage à la limite

Le Général Jean-Marie Michel Mokoko croupit en prison depuis trois ans, jour pour jour. La raison ? Avoir refusé le putsch électoral de Denis Sassou-Nguesso.

Des millions de Congolais ont cru en lui et continuent de lui faire confiance. D’aucuns voyaient en lui le Prométhée du Congo, celui qui allait ravir le feu politique à Zeus, oh pardon, à l’autocrate Denis Sassou-Nguesso, pour le remettre au peuple. Non, Jean-Marie Michel Mokoko n’était pas venu en homme de gestion, mais en « homme de transition ». Sans doute était-ce là sa première faute ! Car si la mission « d’homme de transition » est louable, elle ne caractérise pas en revanche « l’homme politique » qui, lui, s’inscrit dans la conquête permanente du pouvoir. L’homme politique pense d’abord à la stratégie, avant de se lancer dans la bataille. L’homme d’Etat, lui, ne pense nécessairement pas à la manière de conquérir le pouvoir. « Justement Mokoko a été emporté par un déficit de vraie stratégie, mais c’est parce qu’il voulait venir en homme d’Etat et non en homme politique. J3M a manqué d’instantanéité politique », analyse un professeur de Droit à l’Université Marien Ngouabi.

Dans la nuit du 03 au 04 avril 2016, le ministre de l’Intérieur Raymond Zéphyrin Mboulou proclame les résultats (tronqués) de l’élection présidentielle, prenant de court toute l’opposition. Dans la foulée, les accompagnateurs ou les opposants du pouvoir, c’est selon, Pascal Tsaty-Mabiala et Guy-Brice Parfait Kolélas, lui emboîtent le pas, en versant dans la litote : ils ne réfutent pas la victoire de Denis Sassou-Nguesso. Et, pendant ce temps, que fait Jean-Marie Michel Mokoko ? « Dans la mesure où J3M était arrivé deuxième, selon les vrais résultats, il lui appartenait donc de prendre ses responsabilités », avance un homme politique désormais en retrait. Quelques opposants lui demandent de lancer une offensive. Le Général hésite. Il consulte son entourage, un entourage à la limite. « Quand vous avez les gens comme Jean Ngouabi et Marion Mandzimba, des êtres incapables de diagnostic, d’analyses et de propositions efficaces – il vous suffit de lire les posts de Marion Mandzimba pour vous rendre compte de sa pauvreté lexique et analytique -, rien ne peut se passer », assène un journaliste basé à Brazzaville.

Lire aussi : https://www.entrecongolais.com/congo-b-le-general-jean-marie-michel-moko...

Quelques jours plus tard, Jean-Marie Michel Mokoko avance dans une interview que « rien ne pourra « le » contraindre à reconnaître une victoire volée ». Trop tard. Le fer n’était plus chaud. Du coup, de Promothée, J3M est devenu Epiméthée. C’est-à-dire celui qui réfléchit après coup. « En fait, son entourage ne lui a pas rendu service », conclue le journaliste.

Entrecongolais.com   

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir