Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Congo-B-UDH-YUKI : « Le plus grand défi de notre parti est de faire vivre l’esprit et les idéaux du président Guy Brice Parfait Kolelas » (Dany Bitsindou)

Publié le Dimanche 3 Octobre 2021
 Congo-B-UDH-YUKI : « Le plus grand défi de notre parti est de faire vivre l’esprit et les idéaux du président Guy Brice Parfait Kolelas » (Dany Bitsindou)

Six mois après la disparition du candidat Guy-Brice Parfait Kolelas, ses partisans n’entendent pas baisser les bras, en dépit du deuil… Son représentant Outre-Atlantique lors des élections du 17 et 21 mars 2021 et Responsable du Pôle en Charge de l’Administration de la Fédération UDH-YUKI France,  Dany Bitsindou, sort de son silence volontaire pour adresser un message aux militants et sympathisants, à tous ceux qui continuent de croire aux valeurs prônées par feu Kolelas.

Les obsèques du Guy-Brice Parfait KOLELAS n’ont pas encore eu lieu que déjà vous sortez de votre silence. Qu’est-ce qui explique ce changement d’attitude ?

Dany Bitsindou : Depuis la tragique disparition du président Kolelas, six mois ont passé. Il était impérieux d’observer un temps de recueillement et d’ascèse : toute intervention politique, du moins de ma part, eût été indécente. Comme vous le savez, des milliers de nos compatriotes avaient mis leur espoir au « Plan Parfait pour le Redressement du Congo ». Ils continuent d’y croire. Alors il faut leur donner des garanties, leur dire que si l’initiateur de ce projet de société n’est plus parmi nous, ses idées en revanche restent plus que jamais d’actualité. C’est dans ce sens que je romps aujourd’hui mon silence…

Pourquoi les obsèques de Guy-Brice Parfait Kolelas tardent-elles à venir ? 

DB : Voyez-vous, le deuil constitue toujours une épreuve. A fortiori quand la mort est brutale et quand les circonstances ne permettent pas, du moins pour l’instant, d’accompagner l’illustre disparu vers la grande paix de son sommeil eternel. Compte tenu du contexte, je pense que la Direction nationale du parti doit œuvrer à une initiative de consensus… Il nous faut apprécier les doléances légitimes des ayants-droit et mettre en place un « Conseil des Sages » du parti pour assurer la médiation entre les membres de la famille, l’épouse et les enfants du Président Guy Brice Parfait Kolelas, afin de trouver une solution consensuelle. La concertation, je le rappelle, doit être l’une des conditions de fraternité et non une source de divergences à l’intérieur de notre famille politique. Les initiatives non concertées, isolées et parfois hasardeuses, menées individuellement en usant de la qualité de cadre du parti, n’ont  pas été de nature à créer les conditions de quiétude nécessaire à la recherche d’un consensus avec  la famille biologique du Président Guy-Brice Parfait Kolelas.

A qui pensez-vous en particulier ?

DB : Vous lisez la presse ! Je ne vous apprendrai donc pas que plusieurs cadres de l’UDH-YUKI étaient à Paris pour les obsèques du Président Kolelas ! Une initiative menée au nom du parti sans y associer les membres de la Fédération UDH-YUKI France. Paradoxal, non ?

Comment comptez-vous concilier la gravité de ce moment - le deuil que vit le parti - et les remous qu’est susceptible de causer un Congrès ?

DB : Il suffit d’être responsables ; il suffit de respecter les dernières volontés du Président Kolelas qui, sur son lit de mort, nous exhorte à continuer sans relâche le combat pour la démocratie. La décision de convoquer une Convention ou un Congres doit être associée à la situation irréversible de la disparition du Président du Bureau Exécutif National et non à un quelconque calendrier électoral. Agir autrement serait engagé le parti dans la voie de l’oubli de la mémoire du Président Guy-Brice Parfait Kolelas au profit des préoccupations électoralistes.

Il est difficile, pour ne pas dire impossible, qu’un parti survive à la disparition de son leader ! Quels pourraient être les ressorts moraux et politiques de votre parti ?

DB : Le Président Kolelas disait : « Lorsque le chemin est difficile, la difficulté devient le chemin. » Nous avons le devoir de l’action autour de sa mémoire. Ce faisant, nous devons adapter son projet de société aux problèmes et évolutions du temps. Il nous a laissé une flamme que nous devons maintenir allumée. Et nous allons la maintenir allumée, croyez-moi !

Si Congrès ou Convention il y a, quel serait votre rôle ?

DB : J’y travaille ! Je prends le temps d’échanger avec les militants, sympathisants et cadres du parti, afin de définir ensemble le moyen le plus efficace qui soit pour porter nos propositions lors des assises à venir.

Quelles propositions par exemple ?

DB : La suppression de la qualité de Président de l’UDH-YUKI à l’effet de rendre un suprême hommage et honneur pour l’éternité à son fondateur, Guy Brice Parfait Kolelas. Je plaide pour la consolidation de l’alliance avec le RDD, le MR et toutes les formations politiques qui ont porté le  Plan Parfait pour le Redressement du Congo en vue de la création de la plate forme des forces libérales et progressistes. En termes clairs, il s’agira de restructurer l’organigramme de la Direction nationale du parti et de reconsidérer notre positionnement dans l’opposition. Bien évidemment, cela passera par un débat de fond sur l’organisation générale des instances dirigeantes de l’UDH-YUKI. Le plus grand défi de notre parti est désormais de faire vivre l’esprit et les idéaux du  Président Guy Brice Parfait Kolelas, de poursuivre son combat politique et de proposer les meilleures solutions possibles au peuple congolais en matière de santé, d’emploi, de retraite, d’éducation, de décentralisation, de solidarité, d’économie, de justice, de lutte contre la corruption et la délinquance, etc. J’ai la conviction que nous relèverons ce défi, parce que  nous avons une base militante dynamique, des femmes et des hommes au sein de la Direction nationale du parti capables de perpétuer l’œuvre du Président Guy Brice Parfait Kolelas. Pour cela, il faut que chacun, à son niveau de responsabilités dans le parti, soit un apôtre ! Un bon apôtre du testament !

Les autres membres du parti UDH-YUKI vous suivront-ils ? Est-ce vraiment le moment de parler des activités du parti ?

DB : Nous devons, entre membres de l’UDH-YUKI, débattre de l’avenir du parti sans considérations subjectives. Les activités du parti ont officiellement repris depuis le 10 Août. En politique, le temps n’est jamais opportun ni inopportun. Seulement, je ne suis pas convaincu que nous pouvons prétendre continuer la vie du parti, se préparer sereinement pour les prochaines échéances électorales sans au préalable une résolution collective sur la place de la mémoire du Président Guy-Brice Parfait Kolelas au sein de l’UDH-YUKI et de ses idéaux, ni une réflexion approfondie sur notre stratégie d’alliance et de redynamisation de nos accords politiques amorcés lors de la dernière élection présidentielle. A mon avis, le parti devrait se réunir, selon les modalités qui seront étudiées puis émises par la Direction politique nationale, en Congrès ou Convention, pour définir notre ligne politique, rassurer la base militante et nos partenaires...

Quels souvenirs gardez-vous de Guy-Brice Parfait Kolelas ?

DB : Le président Guy-Brice Parfait Kolelas était un gisement d’humilité, d’affection et, surtout, de charisme. Il avait un courage politique incontestable, une vision politique affirmée et un sens élevé de l’amour du Congo pour lequel, jusqu’à son dernier souffle, il s’est appliqué à nous pousser à nous battre. Je garde de lui le souvenir d’un homme qui accordait une haute valeur intellectuelle aux opinions sincères, même à celles qui lui étaient contraires. Il a quitté la terre des hommes fidèle à ses convictions. Son existence comme sa tragique disparition resteront indélébiles dans nos mémoires et, d’ores et déjà, sont une source intarissable de force et de courage nécessaires à la lutte pour la Démocratie, le Développement intégral et l’Unité nationale auxquels il était profondément attaché.

Propos recueillis par BB

 

 

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir