Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Congo-B-Présidentielle mars-2021: les évêques entrent dans la danse

Publié le Mardi 2 Février 2021
Congo-B-Présidentielle mars-2021: les évêques entrent dans la danse

A quelques semaines de la présidentielle du 21 mars, la Conférence épiscopale du Congo revendique clairement son intérêt pour la chose politique.

Dans une déclaration en plusieurs points, intitulée : « Message des évêques du Congo sur les élections de mars 2021 » rendue publique, le 2 février, la Conférence épiscopale du Congo mène un plaidoyer fort imagé sur les conditions d’organisation de cette élection et sur la situation globale du pays. Pour ce qui est de la présidentielle, elle exige que soient remplis certains impératifs qui, aux yeux des évêques, seraient loin de l’être à deux mois du scrutin.

Les dix prélats signataires de la déclaration sont en poste à Brazzaville et à l’intérieur du pays. Ils ont motivé leur sortie par le « devoir qui incombe à l’église de scruter à tout moment les signes des temps ». Rappelant qu’au Congo les élections débouchent souvent sur des troubles sociopolitiques et sécuritaires, ils déclarent qu’à l’approche du rendez-vous électoral de mars beaucoup de Congolais "vivent déjà dans la peur et la hantise" des violences. A ce jour, néanmoins, aucun signe de fébrilité en lien avec cette élection n'est observé sur le territoire national au sein de la population.

Si la Conférence épiscopale du Congo salue en passant les avancées enregistrées dans le pays en matière de sécurité, de construction des infrastructures diverses (routes, universités), de lutte contre la pandémie de covid-19, elle ne semble pas cependant avoir digéré, s’agissant de ce dernier point, la mesure gouvernementale interdisant, les 25 décembre 2020 et 1er janvier 2021, les célébrations publiques et dans les églises des fêtes de la nativité et de la Saint-Sylvestre.

Les évêques ont embrayé sur ces « restrictions spectaculaires » pour élever le ton sur le processus électoral en cours. Ils prennent sur eux les dénonciations maniées par certains acteurs politiques sur «un fichier électoral non maitrisé, des institutions chargées des élections qui doivent faire la preuve de leur indépendance, un découpage électoral inéquitable ». Dans un autre registre, ils évoquent le sort de « prisonniers politiques ».

Et comme s’ils ne voulaient pas tout politiser, les prélats notent les défis urgents auxquels le Congo reste confronté. Ils énumèrent les besoins en eau, en électricité, santé, éducation et transport de la population, la situation des retraités, l’endettement du pays, l’impunité, la gestion des ressources pétrolières, l’environnement, le chômage des jeunes.

En un mot comme en plusieurs, il s’agit d’une déclaration qui pourrait faire réagir beaucoup, tant est-il vrai que dans le contexte présent le propos doit être mesuré pour éviter justement de tomber dans ce que redoutent les évêques catholiques eux-mêmes : voir l’élection présidentielle être retournée contre la paix et la tranquillité par un discours moins rassembleur de la part d’acteurs qui ont prise sur l’opinion.

Source : Les Dépêches de Brazzaville

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir