Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Congo-B : le général Jean-Marie Michel Mokoko enfermé 24h sur 24

Publié le Vendredi 31 Mai 2019
Congo-B : le général Jean-Marie Michel Mokoko enfermé 24h sur 24

« Inacceptable » ; « rébarbatif » ; « sauvage » ; etc. « Par sa mauvaise gouvernance, Sassou Nguesso a entrainé le Congo dans une crise multidimensionnelle, produisant des effets dévastateurs : criminalité organisée et corruption sont devenues des pratiques courantes au Congo. Comme un contre-feu, il punit ceux des opposants qui ne reconnaissent pas son putsch de 2016 » ; etc.

Philippiques et analyses caustiques contre le président (autoproclamé) du Congo fusent à la suite des nouvelles alarmantes sur le quotidien des prisonniers politiques. En particulier, le drame que vit Jean-Marie Michel Mokoko. Pour Denis Sassou Nguesso, estime l’Association ACB-J3M (Actions pour le Congo-Brazzaville avec Jean-Marie Michel Mokoko), le Congo-Brazzaville doit demeurer une zone de non-droit. C’est la raison pour laquelle, pensent les pro-Mokoko de France, l’acharnement contre l'ex-candidat à l'élection présidentielle ne faiblit pas.

Il faut dire que les conditions de détention du Général Mokoko se dégradent au jour le jour. Entre autres, la restriction des visites de ses proches, son enfermement 24h sur 24, le privant ainsi de la lumière du jour. Fait épouvantable : l’administration pénitentiaire ne lui permet pas de consulter son médecin ophtalmologiste alors qu’il souffre des problèmes de vue depuis plusieurs mois.

Pour les pro-Mokoko, cette double peine est juridiquement infondée, puisque Jean-Marie Michel Mokoko « a déjà été condamné, arbitrairement, à 20 ans de prison ferme « atteinte à la sureté de l’Etat ». « Mais pour l’ACB-J3M, Sassou Nguesso, le malheureux ‘’vainqueur’’ aux élections présidentielles du 20 mars 2016 et président autoproclamé, n’a toujours pas digéré sa défaite face à Mokoko. Alors il ne cesse de l’humilier. (…) L’ACB-J3M-France informe donc la Communauté nationale et internationale, une fois de plus, sur la barbarie de ces faits de torture morale et physique, et met en garde les autorités de fait de Brazzaville sur les conséquences qui découleraient de leurs actions », ajoute le Communiqué. Et de rappeler que le Congo doit respecter ses engagements internationaux en matière de libertés fondamentales, de demander l’arrêt immédiat de ces pratiques d’un autre âge et la libération sans conditions des prisonniers politiques, à l’instar de J3M. 

Incarcéré depuis juin 2016 à la maison d’arrêt de Brazzaville, le Général Jean-Marie Michel Mokoko a été condamné à 20 ans de prison ferme à l’issue d’un procès qualifié « de stalinien », du moins « de procès bâclé ».

Entrecongolais.com

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir