Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Congo-B-Dialogue social : passe d'armes entre majorité parlementaire et syndicats

Publié le Mardi 5 Mars 2019
Congo-B-Dialogue social : passe d'armes entre majorité parlementaire et syndicats

Le groupe parlementaire de la majorité présidentielle à l'Assemblée nationale avait taxé les syndicats de corrompus. Des allégations que les centrales syndicales considèrent comme de la provocation pouvant susciter des mouvements de grèves et troubler la paix sociale chèrement acquise.

Les centrales syndicales sont montées au créneau pour fustiger les allégations de la majorité parlementaire qui, lors de ses rencontres consacrées à la lutte contre les antivaleurs tenues les 20 et 21 février derniers à Brazzaville, avait déclaré que les syndicats au Congo sont corrompus à hauteur de 79%, au même titre que les administrations des impôts, des douanes et autres structures.

Dans une déclaration musclée rendue publique le 1er mars,  à Brazzaville, les trois principales centrales syndicales du pays, à savoir la Confédération syndicale des travailleurs du Congo (CSTC), la Confédération des syndicats libres et autonomes du Congo (Cosylac) et la Confédération syndicale du Congo (CSC) ont déploré l'ignorance par le groupe parlementaire de la majorité présidentielle de leurs efforts à maintenir le pays dans la paix sociale, malgré la crise.« Les syndicats privilégient le dialogue au lieu de recourir aux mouvements de grèves. Cette attitude responsable a été cyniquement interprétée par le groupe parlementaire de la majorité présidentielle comme un silence de corrompus. Ce comportement des parlementaires de la majorité est considéré, par les syndicats, comme une incitation à des mouvements de grèves, facteurs de troubles sociaux », mentionne la déclaration des trois centrales syndicales. Et de "mettre en garde les oiseaux de mauvais augure qui veulent profiter des difficultés conjoncturelles actuelles pour troubler la paix sociale chèrement acquise". Une manière d’appeler la majorité parlementaire à la responsabilité tout en calmant le jeu.

Les syndicats ont, par ailleurs, évoqué la non-application des conclusions des sessions du comité national du dialogue social.

Avec Adiac

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir