Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Congo-B : Denis Sassou-Nguesso, l’âge, et les métamorphoses de Protée

Publié le Lundi 10 Juin 2019
Congo-B : Denis Sassou-Nguesso, l’âge, et les métamorphoses de Protée

L’autocrate du Congo-Brazzaville, Denis Sassou-Nguesso, emportera avec lui des milliers de secrets, l’espace et le temps de l’assassinat de Marien Ngouabi, l’endroit où sont enfouies les restes de d’Alphonse Massamba-Débat, etc. Mais pas les mensonges sur son âge, ses ressorts moraux. Explications.

Dans son livre Le parler vrai pour l’Afrique, paru en 2009, l’autocrate congolais y reconnaît ne pas savoir son âge réel. Mensonge. Il le sait. Il le sait d’autant plus qu’il était déjà officier de l’armée congolaise sous Fulbert Youlou. Le premier président du Congo, dans le décret 62-182 du 25 janvier 1962, le fait en effet officier d’infanterie en même temps que Barthélemy Kikadidi et Innocent Mboungou-Ngoma. « Si en 1961 ou 1962 Sassou était déjà officier, c’est qu’il a menti sur son âge actuel. Une loi stipulait que l’on ne pouvait pas être officier à moins de 25 ans », explique un militaire à la retraite et fin connaisseur de la période qui a suivi l’indépendance. Sassou a donc connu tous les présidents du Congo. Il a sinon éliminé tous ses prédécesseurs, du moins écarté certains d’entre eux. Un règne décidé, préparé au millimètre près.

Les métamorphoses de Protée

Oui, Sassou règne depuis près de 50 ans, voire plus. Rien ne lui résiste. Il cadeaute, il corrompt. Vous ne voulez pas de ses milliards ? Il vous enferme. Du moins vous humilie. Joachim Yhombi Opangault, bien traité par ses géôliers cubains, vous en dira davantage.

Personnage central de l’histoire politique postcoloniale, il en a écrit des pages et des pages. Une écriture sanglante et sanguinaire qui n’a pas jailli de nulle part. Non. Tout était travaillé.

Ses réseaux, rhizomiques, ont sans doute décelé en lui un homme digne de confiance.  Mais c’est parce qu’il voulait « devenir »… Et l’image de « la chrysalide qui se transforme en papillon, du pétale qui éclot du bourgeon, du serpent dont la peau part en lambeaux », ne lui convient pas, non. Il ne s’est pas fondu dans le paysage politique congolais, il a plutôt été au-dessus du paysage, à défaut de l’avoir inventé. Et ce, de sa propre volonté. Tel ce dieu marin de la mythologie grecque, Protée, « qui prend la forme de ce qu’il aime; précieux don dont il use pour brouiller les pistes ». Protée, c’est le chant IV de l’Odyssée. Il y a ici le jeu « des apparences et des masques, qui se décèle entre autres dans les révélations successives et souvent mensongères qu’Ulysse fait sur son identité ». Tel Sassou, devenu plus tard Sassou-Nguesso. 

Il y a ceux qui dont l’entourage a orienté la vie ; il y a ceux dont les parents ont décidé très tôt qu’ils deviendraient infirmiers ou accompagnateurs, etc. Mais il y a ceux aussi qui ont décidé par eux-mêmes de devenir autocrates ou démocrates. Sassou est autocrate parce qu’il l’avait d’abord voulu, décidé, avant que ses réseaux ne lui donnent des coups de pouce dans ses multiples crimes politiques, économiques et financiers.

Entrecongolais.com

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir