Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Congo-B : de « l’audace » fallacieuse de Dave Mafoula

Publié le Samedi 27 Mars 2021
Congo-B : de « l’audace » fallacieuse de Dave Mafoula

Arrivé cinquième de l’élection présidentielle du 21 mars dernier, avec  0,54% des suffrages exprimés, Dave Mafoula a reconnu dans la foulée sa cinglante défaite et félicité la « brillante » victoire ( ?) de Denis Sassou-Nguesso. Coups de griffe.

« Pathétique » ; « Pitoyable » ; « opportuniste »… Une pluie de critiques s’est abattue sur l’ex-candidat à l’élection présidentielle de dimanche dernier au Congo-Brazzaville, une élection marquée par la tragique disparition d’un des favoris, Guy-Brice Parfait Kolelas, à qui il a rendu hommage. Dave Mafoula a en effet fait les gorges chaudes des internautes, à l'issue de sa conférence de presse de ce samedi 27 mars à Brazzaville, à l’hôtel Mikhael. Prônant « une nouvelle approche politique et par amour patriotique », il a félicité le candidat sortant Denis sassou-Ngueso pour sa victoire. « Je prends acte des résultats provisoires », a-t-il assuré après avoir évoqué « le caractère libre et indépendant » de sa candidature.

Seulement, il s’est fourvoyé dans les fanges de la contradiction. Car s’il a vécu une « expérience audacieuse » et qu’il continue « d’être animé par l’audace, cette audace qui a mis en ébullition toutes les populations du Congo », et qu’au « nom de l’audace », il se devait de dire la vérité au peuple congolais, il n’aurait pas dû prendre « acte » des résultats annoncés par le ministre de l’Intérieur Raymond Mboulou, d’autant qu’ils ne sont que « provisoires » - adjectif employé par Dave Mafoula lui-même.

Pourquoi cet empressement ? La réponse est toute simple : sa candidature n’était pas aussi libre qu’il n' a voulu le laisser croire. Sa seule audace, c’est d’avoir joué à l'enfumage. Au point de mettre en difficulté ses soutiens de l’étranger, qui n’ont eu de cesse d’étriller le bilan chaotique de Denis Sassou-Nguesso. Dans L’arriviste, une étude psychologique d’Ernest Chouinard, un paragraphe intitulé La candidature, comme par hasard, nous fournit une analyse de « l’audace » clamée à hue et à dia par Dave Mafoula : « Quand Danton s’écriait :de l’audace, encore de l’audace et toujours de l’audace », il exposait, le monstre, la formule tragique de son horrible arrivisme, à lui ; mais il trahissait aussi l’un des secrets agents qui en imposent à la crédulité humaine, en poussant sur tant de théâtres sociaux certaines célébrités que nous acclamons trop gratuitement, et qui tiennent de nos acclamations d’être des célébrités. » Oui, l’arrivisme de Mafoula se cache sous la gangue crasse de l’audace, et il a fait applaudir le putschiste Sassou en reconnaissant sa victoire.

A y regarder de plus près, le scénario de Mafoula semblait préconçu. Et il n’a fait que l’exécuter. Quand quelqu’un confond à ce point « souhait » et « vision » - «Ma vision politique est de redonner au Peuple congolais son pouvoir et sa souveraineté », écrit-il sur sa page officielle, l’imposture n’est pas loin.

Il ne suffit pas de convoquer le  symbole du lion pour être crédible, non. Encore faut-il savoir l’interpréter. Certes il arrive que le lion soit défait par plus fort que lui. Mais après avoir livré bataille. Or le lion de Dave Mafoula, dépourvu de crinière, s’est enfui sans avoir combattu, illustrant à merveille cette phrase de Lucien Sfeiz : « La symbolique répond à la défaillance de la représentation. » Voilà !

Bedel Baouna    

   

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir