Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Congo-B-Covid-19-Dons : la SNPC (Christel Sassou) au secours de la « Fondation Congo Assistance » (Antoinette Sassou)

Publié le Mercredi 27 Mai 2020
Congo-B-Covid-19-Dons : la SNPC (Christel Sassou) au secours de la « Fondation Congo Assistance » (Antoinette Sassou)

La SNPC (Société nationale des pétroles du Congo) a porté secours ce 27 mai à la Fondation Congo Assistance pour ses activités humanitaires envers « les personnes vulnérables », en cette période de pandémie de la Covid-19.  

Il y a 24 ans, disparaissait Pamelo Mounka, artiste-musicien. Mais son héritage musical reste d’actualité. Parmi ses nombreux morceaux, L’argent appelle l’argent. « On ne prête qu’aux riches », chantait-il. Ces paroles ont, une fois de plus, connu une parfaite illustration ce 27 mai 2020 au Congo. La SNPC, société riche et, pour ainsi dire, pompe à frics de Christel Sassou-Nguesso, est venue au secours de… la Fondation Congo Assistance dont la patronne n’est autre que la première dame… Antoinette Sassou-Nguesso. La facétie a consisté en des dons « de sacs de sel, de riz, des packs d’eau minérale, des cartons de spaghetti, de sardines, des cartons de poisson salé, du sucre, du lait, d’eau de javel, des masques chirurgicaux et en tissus, etc », selon l’agence Adiac qui rapporte la nouvelle. Entre les Sassou-Nguesso, l’entraide n’est pas interdite ; bien au contraire elle ressoude les liens, tels les membres d’une mafia, la Camorra par exemple, qui convoquent leur « Eros » pour tenter de sauver ce qui reste de leur « Thanatos ».

Peut-on croire que la Fondation Congo Assistance soit en déficit budgétaire à ce point pour quémander de l'aide à la SNPC? Loin de glisser vers le sous-entendu,la première dame sait ce qu'elle doit faire pour booster les comptes bancaires de sa Fondation. « Nous avons répond à la demande de la Fondation Congo Assistance, une fondation sœur qui a un fichier assez étoffé des personnes vulnérables », a assuré Marie Joseph Letembet, secrétaire générale de la Fondation SNPC, toujours dans les colonnes de l’agence Adiac. Le mot est lâché : « Fondation sœur » ! « Sœur » ici n’est pas un nom mais un adjectif, comme pour montrer que l’une ne peut laisser mourir l’autre. Les deux sœurs ont contribué à l’extinction du Congo, et c’est ensemble qu’elles doivent continuer de lutter.  

De toute évidence, ils ont intérêt à se donner les mains, dans cette nébuleuse d’écuries voraces. Entre eux c’est je t’aime moi non plus ; entre eux la haine est tenace intacte irréversible. Alors ce geste participe du papier peint qui masque les fissures sans les réparer. Il y a de la naïveté dans l'air. La course immonde, nauséabonde, aux dons, est ce qu’il leur reste à faire, ce qui leur paraît tactique pour enfumer davantage les Congolais. Pilleurs des deniers publics, ils ont réussi à démocratiser l’assistanat ; dépouillé le Congolais de toute dignité. « Personnes vulnérables » est le groupe de mots à la mode au Congo. Un euphémisme fallacieux, une arnaque au vocabulaire. Parler des « personnes vulnérables » présuppose qu’il en existe de « blindées ». Or ce sont 8 ou 9 Congolais sur 10 qui sont extrêmement pauvres. Le savent-ils ?

Il faut arrêter ces dons bidons ! 

Entrecongolais.com

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir