Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Congo-B : Clément Mouamba, la passion des enfantillages et des futilités

Publié le Lundi 19 Août 2019
Congo-B : Clément Mouamba, la passion des enfantillages et des futilités

Le navire-Congo a sombré à cause des équipages aveugles et unidimensionnels. Si le Capitaine reste le même, les seconds ou canonniers, eux, ont été pléthoriques. Parmi eux, Clément Mouamba, un premier ministre épris d’enfantillages et de futilités. Coups de griffe.

A vos marques… Prêts ? Partez ! Le premier ministre congolais Clément Mouamba s’est lancé dans marathon – à ‘instar du président putschiste qui l’a nommé – d’enfantillages et de futilités. Conseil de Cabinet par-ci ; Séminaire gouvernemental par-là. Opération salubrité par-ci ; marche sportive par-là. Des enfantillages et futilités qui sont loin des préoccupations des Congolais. Hélas ! Sur la page Facebook de la Primature, on ne manque pas de le lui rappeler. « Le peuple attend les résultats et non les communications à répétition. C'est vrai que l'information est capitale, mais les résultats positifs sont plus importants que l'utilisation de l'argent du contribuable... » (Kader Diawara )

« Communication » : le mot est lâché. Communiquer sur les enfantillages et les futilités, c’est tout ce qu’il sait faire. « Déroulement de la marche sportive relative à la 69ème session du Comité régional de l'OMS pour l'Afrique…(…) Ouverture du Séminaire Gouvernemental : Dans le but de respecter les modalités de mise en oeuvre de l'accord du Fonds Monetaire International(FMI) en République du Congo, au titre de la facilité élargie de crédit, le gouvernement suit, ce vendredi 16 Août 2019, un séminaire au centre de conférence de Kintélé de Brazzaville afin de mieux comprendre et respecter les contours de cet accord. (…) Cérémonie d'intronisation du nouveau Préfet du département de la Lékoumou Madame Micheline Nguessimi. (…) Dans l’optique de mieux informer les cadres politiques de la majorité sur l'accord conclu entre le Congo et le Fond Monetaire International (FMI) au titre de la facilité élargie de crédit, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement Clément Mouamba et l'ensemble des membres du Gouvernement ont tenu à échanger avec les membres de la majorité présidentielle sur les différents aspects liés à cet accord », lit-on sur la page Facebook de la Primature.

Jamais une communication sur la création d’emplois au premier semestre de l’année 2019 ; jamais une communication sur la lutte contre la cherté de la vie – une chambre d’hôtel infestée de cafards et de rats coûte de 130 à 150 euros, ce qui rebute les touristes ; jamais une communication sur les mesures contre les ministres soupçonnés de détournements de fonds ; etc. « En organisant des marches sportives, des séminaires gouvernementaux qui s’apparentent à des leçons de choses, des opérations de salubrité alors que c'est l'affaire de la voirie, le Congolais trouve-t-il de l’emploi ? Toute activité du Premier ministre, et donc du gouvernement, ne devrait renvoyer qu’à un seul sujet : donner de l’emploi aux Congolais, aux jeunes surtout. Et que fait Clément Mouamba ? Il se pavane en survêtement pour sa propre forme physique et non pour le bien-être des Congolais. Les médias doivent refuser de couvrir ces futilités », assène un homme politique de la majorité, basé à Pointe-Noire. Et d’enfoncer le clou : « Le Congo a connu des premiers ministres, dans les années 80, mais Clément Mouamba reste le dernier de la classe. Certes il n’a pas de réels pouvoirs ! Mais par respect pour son poste, il devrait éviter cette passion des sujets accessoires. Et puis il se prend pour un professeur, tant il adore faire la leçon alors qu’il ne laissera pas de souvenir au moment de quitter la Primature. »

A y regarder de plus près, le premier ministre Clément Mouamba ressemble, dans son fonctionnement, au président Joachim Yhomby Opangault (1977-1979). Les historiens se demanderont si l’un et l’autre ont été vraiment au sommet de l’Etat. Et, pour convoquer Hegel, « nous ne vivons pas pour le futur, nous vivons pour qu’il nous reste un passé ». Quel pourrait être le passé de Clément Mouamba ? Celui d’un homme prétendument politique ou qui n’a pas su s’il l’était vraiment, à coup sûr. Un amuseur populaire, donc.

Julienne Oboura-Mbouala   

 

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir