Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Congo-B : Claudine Munari, à la recherche du temps perdu

Publié le Mardi 15 Décembre 2020
Congo-B : Claudine Munari, à la recherche du temps perdu

L’ancienne ministre et députée, présidente du MUST (Mouvement pour l’unité, la solidarité et le travail), Claudine Munari, s'est offert, le dimanche 13 décembre dernier, un bain de foule dans son fief électoral, Mouyondzi, dans le département de la Bouenza. Une façon de rattraper le temps perdu à la tête du Frocad-IDC-CJ3M.  

Avec elle, on ne sait jamais où on va. Pas de vision ni de direction. Elle est là, comme tout le monde, attendant une occasion pour s’exprimer. Le reste du temps, rien. Elle est à l’image de Swann dans A la recherche du temps perdu de Marcel Proust, amoureux mais hésitant vis-à-vis de celle dont il nourrit quelques sentiments. Claudine Munari adore la chose publique, mais elle hésite sur la stratégie à adopter. C’est aussi parce qu’elle n’en a pas qu’elle tourne en rond. Ce temps semble révolu, et elle a décidé de passer la vitesse supérieure.

Après avoir étrillé la concertation de Madingou, elle s’y était finalement rendue, à la surprise générale de ses amis du Frocad-IDC-CJ3M. Ce coup de Jarnac est d’autant plus incompréhensible qu’elle n’avait pas prévenu ses amis de sa volte-face. C’est qu’elle veut vite retrouver son siège de députée de Mouyondzi, à défaut de revenir au gouvernement. Au diable les engagements précédemment pris ! Au diable le Frocad et l’IDC ! La lumière lui manque, et pour la retrouver, elle est prête à se renier.

Cette décision de tourner le dos au Frocad et à l’IDC n’est pas spontanée. Elle a été murement réfléchie. Encouragée même. En septembre, pour sa venue en France afin de se recueillir sur la tombe de l'ancien président Pascal Lissouba, elle n’aurait pas voyagé de son propre chef. Il y aurait eu quelques « mesures d’accompagnement ». De qui ? Mystère !

La circonscription de Mouyondzi doit donc revenir sur « le droit chemin ». Le droit chemin, c’est celui de « la Reine », comme l’appelle son nouvel acolyte, Patrick Eric Mampouya qui ne rechigne pas à la tâche. « Chaque habitant ou habitante de Mouyondzi sait ce qu'il ou elle doit à Claudine Munari la Reine. Pendant ses années fastes la Reine de Mouyondzi Claudine Munari prenait en charge tous les frais scolaires de tous les enfants de la contrée et même les bourses scolaires des plus méritants. Encore mieux, chaque habitant recevait un paquet cadeau pendant les fêtes. Ça ne s'invente pas. Le second Maxime du MUST est la Solidarité, on ne laisse personne au bord de la route. Investissez sur les enfants, les hommes et les femmes, et vous ne serez jamais déçu. La génération Munari ne trahira jamais sa Reine », écrit-il sur son compte Facebook. Rien d’autre ? Il parle de tout ce que l'on attend d'un chef : cherchez comment améliorer les conditions de vie des populations et non les cadeauter - un achat des consciences.

Si la génération que Claudine Munari a beaucoup cadeautée ne la trahira jamais, en revanche la « Reine », elle, a trahi ses amis de l’opposition. La marque non pas d’une forte personnalité mais d’une opportuniste.

Julienne Oboura-Mbouala

 

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir