Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Congo-B : Anatole Collinet Makosso, les pitoyables félicitations « ethniques »

Publié le Samedi 15 Mai 2021
Congo-B : Anatole Collinet Makosso, les pitoyables félicitations « ethniques »

Deux jours après la nomination d’Anatole Collinet Makosso à la Primature, Le Conseil des dignitaires de Buali et Les Sages du Kouilou ont adressé leurs remerciements au président de la République pour ce choix qui « fait l’honneur et le bonheur » (sic) du peuple du Kouilou. Coups de griffe.

« Lamentable ! » « Pitoyable ! » « Minable ! », etc. Une pluie d’épithètes virulentes s’est abattue sur les dignitaires et Sages du Kouilou, à la suite de leur sortie relative à la nomination d’Anatole Collinet Makosso à la Primature du Congo-Brazzaville. Réunis chez le maire de la ville océane, ces derniers ne sont pas passés par quatre chemins pour féliciter l’un des leurs, faisant du nouveau premier ministre leur otage. « Le Conseil des dignitaires de Buali et les Sages du Kouilou à l’unisson remercient et félicitent mr le président Sassou-Nguesso pour avoir pensé à nommer notre fils Anatole Collinet Makosso en qualité de Premier Ministre. Un acte de haute portée qui fait l’honneur et le bonheur de tout le peuple kouilois », a maugrée Jean Pambou, conseiller royal. Et  de réaffirmer leur engagement à soutenir le projet de société du Chef de l’Etat. En d'autres termes, Denis Sassou-Nguesso peut entraîner le Congo dans la guerre, ou dans la faillite comme il sait le faire, les dignitaires de Buali et les Sages du Kouilou applaudiront des deux mains sans broncher. Du moins c’est le non-dit qui de se dégage de cette pathétique sortie.

Qu’attendent les Sages de la Cuvette pour remercier à leur tour le président de la République pour avoir nommé le danseur Adou Danga à la tête de la société E2C SA, censée distribuer l’électricité au Congo ? Trêve de plaisanterie ! Que pense l’intéressé de ce folklore nauséabond ? Va-t-il y répondre ? Dans l’un de ses livres, « Droit de regard », Anatole Collinet Makosso écrit : « La vie politique congolaise est donnée à voir comme un roman de série noire, avec ses intrigues, ses retournements de situation, ses personnages fantasques (…) Et bien sûr, des zones d'ombre... Dans la course (pour le pouvoir, ndlr), tous les artifices sont permis, y compris le recours au référent ethnique ou religieux. Peu importe les ravages causés... » A-t-il donc recouru au référent ethnique comme le lui demande un Congolais de la diaspora, Gaylord Pouabou, sur son compte Facebook ? Difficile de le savoir. Toutefois, on est en droit de ne pas espérer une réponse forte du nouveau premier ministre à cette sortie qui le déshonore.

En 2016, les « Sages de la Lekoumou » ne s’étaient pas donnés en spectacle pour applaudir des quadruples ou des quintuples batteries à la nomination de Clément Mouamba à la Primature ; pas plus que ceux des extrémistes Lari n’avaient claironné quand Isidore Mvouba avait été désigné coordonateur du gouvernement ou président de l’Assemblée Nationale. 

De mémoire, Anatole Collinet Makosso n’est pas le premier « Vili » à occuper le poste de premier ministre au Congo. Il y a eu Louis Sylvain Goma - une forte personnalité - et il y a eu Alphonse Souchlaty Poaty. Que dire l'homme de culture Jean-Baptiste Tati-Loutard, plusieurs fois ministre ?

Cependant, le folklore auquel se sont livrés les notables de Buali et du Kouilou, n’est que l’une des conséquences néfastes d’une politique nocive voulue par Sassou pour régner. Créer des structures bidon du genre « Sage du Pool », « Sages du Kouilou », « Sages des Plateaux », etc, sous des critères fallacieux, opposer ensuite les uns aux autres, pour régner davantage… De ce fait, le Congo devient non pas « la revanche de l’abstrait sur le concret », mais un pays « très différencié », alors qu’il ne l’est pas. Et de cette philosophie excrémentielle, les gens s’adonnent allègrement.

Pauvre Congo !

Entrecongolais.com    

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir