Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Concert de Roga Roga à Paris : l'UMC et les féticheurs s'en mêlent

Publié le Mercredi 23 Mai 2018
Concert de Roga Roga à Paris : l'UMC et les féticheurs s'en mêlent

Le bras de fer ! Le leader de l'orchestre Extra Musica, Roga Roga, a engagé une bataille de communication avec quelques Congolais de France, lesquels se réclament du mouvement dit des Combattants. L’objet de la discorde : son concert prévu le 26 mai 2018 au Palais des Congrès de Montreuil.   

Jouera, jouera pas ? Le concert de l'orchestre Extra Musica reste une incertitude. A quelques jours de l'événement, plusieurs Congolais de France sont déterminés à le faire annuler. A leurs yeux, Roga Roga est un envoyé du pouvoir illégitime de Brazzaville, un pourfendeur de la même diaspora qu’il veut voir danser sur sa musique… Si les Combattants congolais ont déjà commencé leur campagne de boycott, Roga Roga, lui, n'entend pas se laisser faire. Il maintient son concert. D'autant qu’il a reçu le soutien de l'UMC (Union des musiciens congolais). Réunis le 22 mai à Brazzaville sous la houlette de leur président, Magloire Bonguili alias Pape God Mwana Makoumba, rapporte le quotidien Les Dépêches de Brazzaville, les participants à cette rencontre ont en effet "sollicité un esprit patriotisme des frères de la diaspora afin que cette production scénique (concert de Roga roga, ndrl) soit une réussite". Et d'ajouter : "De la même manière qu’ils arborent le drapeau national, signifiant qu’ils sont des Congolais et qu’ils ont l’amour de leur patrie, c’est de la même manière aussi qu’ils doivent arborer le drapeau national pour soutenir les artistes congolais qui se produisent en Europe."

Mais la surprise est venue du côté de l’irrationnel. Un collectif de féticheurs parisiens d’origine congolaise, proche du pouvoir de Sassou, travaille pour la tenue de cet événement majeur. « Le concert doit se tenir, coûte que coûte. Ceux qui veulent son échec en auront pour leur grade », menace une féticheuse congolaise vivant entre Paris et Brazzaville. En lien avec ses collègues du Congo, elle ne ménage pas ses efforts pour tenter de « féticher » ceux qu’elle appelle « les empêcheurs de la cause musicale congolaise ». « Samedi, il ne s’agira pas de politique, mais de musique », martèle un autre féticheur fan du musicien. Pour lui, même si Roga Roga n’est pas au courant de leur travail de nuit, son concert  aura pour véritable sens le rassemblement des non-politiques. Car beaucoup de Congolais ne s’occupent pas de politique et aimeraient danser la musique du pays.

« Hélas ! Ces égarés pensent qu’il suffit de brandir les fétiches comme le fait leur chef Sassou pour que les opposants se taisent ! Ils sont aussi naïfs que leur chef », tranche un Congolais opposé à ce concert. Convaincu que « ce concert de la honte n’aura pas lieu », il sera toutefois présent devant la salle du Palais des Congrès de Montreuil pour rugir sa colère. « Je supporte d’autant moins ce personnage fallacieux de Roga Roga qu’il n’est ni un bon musicien, ni un bon thuriféraire », conclue-t-il.

Entrecongolais.com     

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir
Commentaires
Votre commentaire