Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

L'écrivain malien, Yambo Ouologuem n'est plus

Publié le Dimanche 15 Octobre 2017
L'écrivain malien, Yambo Ouologuem n'est plus

L'écrivain dogon, Yambo Ouologuem, l'auteur du roman iconoclaste Le Devoir de violence est décédé samedi 14 octobre 2017 à l'âge de 77 ans à Sévaré-Mopti.

Le moins que l'on puisse dire est que Yambo Ouologuem aura marqué son temps et son époque. En 1968, il est devenu le premier écrivain africain à recevoir le Prix Renaudot pour son roman choc Le Devoir de violence. Une ode à l'érotisme et à la censure dans la droite lignée d'un Appolinaire ou encore d'un marquis de Sade ?. Non, dans le contexte de l'époque, l'histoire qui se situe dans les milieux de la bourgeoisie parisienne des années soixante et loin de la Négritude paraît comme une véritable bombe littéraire. Aussi brûlante qu'à contre-courants des idées qui dominaient alors. C'est donc avec tout autant de fracas que l'écrivain malien tourna défivitivement le dos au microcosme littéraire français pour se retirer dans son Mali natal - après avoir été accusé de plagiat. Le Point Afrique avait consacré en août 2015 un portrait à Yambo Ouologuem à l'occasion de notre rencontre littéraire avec Marie Darrieussecq. Nous le republions alors que l'on apprend son décès à 77 ans au Mali.

On connaît ce roman devenu culte qu'est Le Devoir de violence. Non parce que Yambo Ouloguem, fut, au début des années soixante-dix, accusé d'y avoir plagié Graham Greene ou encore André Schwarz-Bart, mais parce que sa force littéraire s'alliait à la dénonciation de la contribution des Africains à la traite des esclaves. Il fut réédité depuis, ainsi que sa tonique Lettre à la France nègre, par les éditions du Serpent à plumes.

Un texte incroyablement sulfureux

On ne savait pas grand-chose d'autre de Ouologuem, écrivain malien qui vit actuellement au pays dogon, retiré de tout. Mais depuis 2008, on savait qu'il était l'auteur d'un ouvrage érotique grâce à un extrait paru dans Nouvelles du Mali(éditions Magellan). Aujourd'hui, les éditions Vents d'ailleurs donnent enfin à lire cesMille et Une Bibles du sexe***, avec une remarquable introduction critique de Jean-Pierre Orban et Sami Tchak qui se réfèrent aux travaux passionnants de Sarah Burnautzki sur la genèse de ces manuscrits.

Ce texte intégral est incroyablement sulfureux. D'abord par son titre, surtout par les temps qui courent. Ensuite parce qu'il entraîne le lecteur dans le détail le plus précis de parties fines pratiquées dans les milieux aisés des années soixante en France et que l'auteur a visiblement pu observer de près. Enfin parce qu'il inscrit l'écrivain africain le plus naturellement du monde dans la lignée du genre de la littérature érotique la plus classique, de Sade à Catherine Millet.

« Osé dire du nègre qu'il faisait l'amour »

Les Mille et Une Bibles du sexe ont paru en 1969 aux éditions du Dauphin, sous la signature d'un certain Uto Rudolf. Ouologuem fait mine d'avoir reçu ce manuscrit et d'avoir contribué à publier cette succession de « confessions poker » où les parieurs content leurs aventures les plus chaudes, la tension érotique rivalisant d'un récit à l'autre pour rebondir dans le réel. Le joueur qu'est Yambo Ouloguem explique dans son « avertissement » pourquoi il décide d'assumer la présentation du manuscrit de cet aristocrate, et les mots qui suivent ont valeur de manifeste.

« Et, si j'ai pris sur moi de présenter Les Mille et Une Bibles du sexe, c'est également parce que, en raison de certains aspects érotiques de mon premier roman, divers pays africains ont rejeté de leurs frontières Le Devoir de violence. J'étais, aux yeux de chefs d'État irresponsables ou incultes, j'étais, pour avoir osé dire du nègre qu'il faisait l'amour, un carriériste vendu à une France raciste, laquelle s'amusait de voir dénigrer par un Noir les mœurs des peuples noirs. Soit. Il est bon d'être primitif, certes, mais impardonnable d'être primaire. Tant pis pour les primaires qui se rêvent censeurs. »

Source : Le Point Afrique

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir
Commentaires

Bonsoir a tous
Je me présente Lebon Sylvie ,
J'avais des problèmes avec mon mari car je n'arrivais pas a faire d'enfants après 8 ans de vie commune avec mon homme il ma laissé et à demandé le divorce.
Depuis un 9 mois et je n’avais plus aucun espoir de le retrouver, je désespérais quand une amie m'a conseillé ce Mr qui s'appel DAH AGONLIN GUÉRISSEUR TRADITIONNEL( chercheur en Médecine Africaine )qui m'a aidez dans les deux situations environ 5 jours après la cérémonie du rituel de retour affectif du maître,mon mari m'a contacté pour me proposer de prendre un verre et de parler de notre séparation,j'étais dans un état ! .Je lui ai dit que je l'aimais toujours et qu'il pouvait revenir car j'étais trop malheureuse sans lui.
Après cela le maître ma aussi fait des médicaments traditionnels à base des plantes et ma donné des recommandations à suivre après un rituel effectué par lui-même c’est là il nous a donné un délai de 3 mois, je vous assure qu’au bout de 1 mois j’ai commencé à avoir des nausées et j’ai immédiatement effectué un test de grossesse qui s’est révélé positif.
Mon mari etais très content et moi aussi.Ma fille aujourdhuit à 2ans et sincèrement j’ai retrouvé la joie de vivre grâce au maître,je ferai comme mon amie, je proposerai vos service a tous mes amis.
MERCI MAÎTRE VOUS AVEZ SAUVEZ MON MARIAGE.

je vous le recommande vivement il vous aide à résoudre tous les problèmes auxquels vous ne trouvez pas de solution.
Je vous laisse son contact
============================================
MAÎTRE SPIRITUEL VOYANT DAH AGONLIN

Tel: 00229-65-19-21-15
whatsapp: 00229-65-19-21-15

Email :dahagonlin@hotmail.com
Fbook: https://www.facebook.com/laguerrison/
============================================
Merci de ne pas laissé vous abattre par les problèmes contacté le pour une vie parfaite

Votre commentaire