Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

COP23 : à Bonn en Allemagne, Sassou fera entendre sa voix

Publié le Mardi 12 Septembre 2017
COP23 : à Bonn en Allemagne, Sassou fera entendre sa voix

Le Président putschiste du Congo n’est pas que le président du Comité de haut niveau sur la Libye. Non. Il est aussi le président de la Commission-climat pour le Bassin du Congo, un statut qui lui permet de prendre la parole dans les instances internationales. A ce titre, Denis Sassou-N’Guesso  présentera à la COP23, prévue du 6 au 17 novembre prochain à Bonn en Allemagne, les activités réalisées et à réaliser par ladite Commission

Ceux qui pensent que la Communauté internationale boude l’autocrate de Brazzaville et d’Oyo se trompent lourdement. L’homme demeure incontournable. Pour preuve, il s’exprimera dans quelques semaines à Bonn, à la COP23, en tant que fin connaisseur du sujet et responsable de la Commission-climat du Bassin du Congo. L’une de ses sous-ministres, Arlette Nonault Soudan, l’a annoncé haut et fort dans une Conférence de presse, organisée sur les enjeux de la participation du Congo à la 23ème Conférence des Parties (COP23), à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CNCUCC) : normal, il fallait, pour la sous-ministre du Tourisme et de l’Environnement, « informer la communauté nationale et les partenaires techniques et financiers sur les enjeux des assises de Bonn pour le Congo »(sic).

Dans la mesure où les enjeux de la COP23 sont d’ordres politiques, économiques, sociaux, écologiques et autres (resic), Sassou dira ses priorités (que personne ne connaît) en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Mais encore des conséquences de la déforestation (qu’il occasionne au Congo) sur le climat. Bref, une feuille de route bien vierge pour un vaste programme.

Ce qui n’empêche pas en rien le quotidien les Dépêches de Brazzaville qui, dans son éditorial de ce vendredi 8 septembre 2017 se pâme du « rôle croissant que joue (le) pays dans la prévention et la gestion des crises qui déchirent, ou menacent de déchirer le continent ». Et d’ajouter : « Plus le temps passe, en effet, plus les sollicitations affluent vers Brazzaville qui est perçue, à juste titre, comme l’une des capitales les plus stables, les plus sûres, mais également les mieux équipées du continent pour aider à résoudre les conflits latents ou déclarés qui le déstabilisent. » En matière de cécité journalistique, voire de flatterie, on ne peut mieux écrire. Qui afflue à Brazzaville ? Les Chinois, sans doute. Mais les Chinois, eux, ne sont pas en guerre ; ils viennent au Congo pour les affaires.   

Entrecongolais.com

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir
Commentaires
Votre commentaire