Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Congo-B : les médecins chinois apportent la lumière aux patients de la cataracte

Publié le Mardi 12 Juin 2018
Congo-B : les médecins chinois apportent la lumière aux patients de la cataracte

Yvonne Balossa, Congolaise âgée de 65 ans souffrant de la cataracte depuis des mois, avait du mal à se faire opérer correctement, jusqu'à son arrivée à l'Hôpital de l'amitié sino-congolaise (HASC) à Brazzaville.

"Je tiens à exprimer mes remerciements aux médecins chinois. Ils sont vraiment professionnels", dit Yvonne Balossa, qui a retrouvé une vue claire après une opération de la cataracte. Conseillée et aidée par une amie, Yvonne Balossa est venue consulter un médecin de l'équipe médicale chinoise à l'HASC, célèbre pour le traitement de cette maladie oculaire, qui est d'ailleurs le seul hôpital du pays capable d'effectuer une phacoémulsification, technique utilisant les ultrasons dans l'opération de la cataracte.

Dominique Okamba, 93 ans, a également subi une opération de la cataracte sur l'œil droit le même jour que Mme Balossa. "Grâce aux médecins chinois et à leurs compétences médicales, je peux voir clairement à nouveau", affirme Dominique Okamba.

Financé et construit par les Chinois, l'HASC, symbole d'amitié et de coopération, a été inauguré par les chefs d'Etat de la Chine et de la République du Congo en 2013. Depuis le lancement du projet chinois Action Lumière au Congo en 2016, l'HASC a reçu du matériel et des équipements chirurgicaux modernes en provenance de Chine pour traiter les maladies oculaires.

Zhang Weipeng, ophtalmologue chinois à l'hôpital en charge de la chirurgie de la cataracte, a indiqué que son département recevait en moyenne 30 patients par jour et que beaucoup d'entre eux venaient spécifiquement pour la phacoémulsification. "En tant qu'ophtalmologue, mon plus grand bonheur est de voir mes patients retrouver la vue ; cela m'émeut beaucoup de voir que les patients congolais font confiance aux médecins chinois", déclare M. Zhang.

Dans le même temps, l'ophtalmologue chinois participe activement à la formation des médecins locaux et à des séances de sensibilisation du public pour prévenir les maladies oculaires. "Donner un poisson à un homme peut le nourrir pendant un jour, lui apprendre à pêcher l'aidera à se nourrir toute la vie", assure M. Zhang. Quand les médecins locaux pourront effectuer eux-mêmes les opérations de la cataracte, il y aura une équipe permanente pour fournir ce service à la population.

Depuis 1964, la Chine a envoyé 24 équipes médicales, soit au total plus de 400 médecins au Congo.

Wang Songyu

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir
Commentaires
Votre commentaire