Mikiliweb | Diasporas d'ici et d'ailleurs

Congo-B-Denis Christel Sassou-Nguesso : le rouleau compresseur est passé par Dolisie le week-end dernier

Publié le Mardi 7 Août 2018
Congo-B-Denis Christel Sassou-Nguesso : le rouleau compresseur est passé par Dolisie le week-end dernier

En avance, la campagne présidentielle que mène le fils de son père, Denis Christel Sassou N’Guesso, bat son plein. Inexorable, elle écrase tout sur son passage. Rien ne lui résiste. Le samedi 04 août dernier, elle a fait escale à Dolisie dans le Département du Niari. Décryptage.

A vos marques... Prêts ? Partez ! Denis Christel Sassou-Nguesso s’est lancé dans un long marathon politique, avec les foulées d’un coureur de fond, vers la présidence de la République, du moins vers la succession dynastique du pouvoir. Et rien ne semble l’arrêter. Ni l’effrayer. Seul, il est sur un nuage. Pas même le chef de l’opposition (du pouvoir), Pascal Tsaty-Mabiala, qui a posé récemment une question au premier Ministre Clément Mouamba, sur son marathon politique, ne peut l’atteindre. D’autant que les moyens de l’Etat sont mis au service de son ambition pharaonique.     

Le week-end dernier, le rouleau compresseur a donc marché sur la terre rouge de Dolisie, en vue de son accession réelle au pouvoir.  Au menu de cette fallacieuse campagne, l’exploitation forestière et celle des gisements miniers – comme si le pillage de la manne pétrolière ne suffisait pas –, l’essor du tourisme dans le département du Niari. Pour  l’initiateur du pseudo-projet « Le Congo que nous voulons », il s’agissait, semble-t-il, d’une conférence participative. La quatrième du genre depuis le début du marathon.

Populisme et quête de succès à défaut d’être légitime

Les vuvuzéla Christian Ernest Makosso et Daniel Mboye ont tour à tour planché sur l’exploitation forestière et minière. Si le premier a émis le souhait, une fois en costume de président de la République, d’implanter une « Zone économique spéciale consacrée à la gestion du bois », laquelle pourrait générer « douze mille emplois directs dans le pays et quinze mille indirects », le second a, lui, insisté sur la création d’industries extractives et la formation des jeunes cadres. Sans toutefois budgétiser ces activités. « C’est bien beau toutes ces promesses mais Kiki (Christel Sasou-Nguesso attribue déjà les bourses au Congo, via sa fondation Perspectives d‘avenir. Pour quels résultats ? Zéro mokaté ! A la vérité, Kiki est à la recherche du succès et non de la gloire », ironise un membre de la famille, qui suit de près le marathon de « l’enfant prodige ». Plus cruel encore, ce membre de la famille qualifie Kiki de « populiste » : «  Il dit aux populations ce qu’elles souhaitent entendre, aussi leur demande-t-il de lui faire des propositions. Sacrilège ! Quelle cette conception de la politique ? C’est  ce dernier de proposer et non d’avaler les propositions des populations. » 

Au Congo, chacun sait la finalité du marathon politique auquel se livre Christel Sassou. Mais les moyens utilisés sont ceux de l’Etat. A titre d’exemple, il se promène avec un cortège impressionnant de gardes du corps. « Vous avez vu le nombre de policiers qui l’entouraient ? Trump n’aurait pas fait mieux », assène un cadre du Parti congolais du travail. « Christel Sassou-Nguesso n’a pas choisi ses parents. Non. En tant que Congolais, il a le droit de postuler  la Magistrature suprême. Mais il s’est auto-disqualifié par les nombreux scandales financiers dans lesquels il s’est empêtré. D’où l’immoralité de sa démarche », analyse un politologue étranger. Se servir des moyens de l’Etat comme rampe de lancement de sa campagne présidentielle… anticipée, est immonde, aux yeux de certains Congolais.

Hélas ! Les mêmes Congolais n’ont que leurs yeux pour pleurer, tant ils sont impuissants face au rouleau compresseur. Christel Sassou-Nguesso est béni des dieux comme son père et il n’a pas pris le surnom de « Mwana ndéya » pour rien. Il semblerait qu’il ait déjà le soutien des faiseurs de rois. Son règne ne fait que commencer.

Julienne Oboura-Mbouala      

Catégorie
Photos
Cliquez sur les vignettes pour agrandir
Commentaires
Votre commentaire